dimanche 3 mars 2024

 
Pauvreté, Précarité, Inflation
 
Femmes solidaires décrète l’ETAT D’URGENCE


Chaque année, fort de son expérience dans toutes les régions de France, Femmes solidaires dénonce les inégalités territoriales persistantes et la féminisation de la pauvreté. Les femmes témoignent, dans nos permanences et lors de nos rencontres, de leurs difficultés, leur stress, leur inquiétude. 

Considérée principalement sous l’angle de la privation économique, la pauvreté est aussi matérielle et sociale (logement, santé, accès à internet, loisirs, vacances, etc) et les femmes en sont les premières victimes : le taux de pauvreté des femmes s’élève à 15,2 % contre 14,3 % pour les hommes. C’est vrai nous avons la sensation de nous répéter, pourtant aucune mesure n’est prise pour enrayer la pauvreté des femmes.

Les vagues d’austérité successives, la crise sanitaire de la COVID 19, la guerre en Ukraine, l’augmentation des prix alimentaire de 11,8 %, ceux de l’énergie de près de 20 %, rendent toujours plus difficile se nourrir, se chauffer, s’éclairer. Ces difficultés s’inscrivent dans la réalité de notre société : tout le monde n’est pas protégé pour y faire face. Et les femmes sont particulièrement impactées.

L’évolution des politiques publiques n’est pas favorable à l’égalité et les causes de la féminisation de la pauvreté sont majoritairement le résultat des inégalités professionnelles qui se cumulent tout au long de leur vie et d’un système capitaliste qui aggravent le cycle de leur précarité. Aucune réforme n’a éliminé les inégalités salariales, ni les temps partiels imposés, les interruptions de carrière pour élever les enfants et autres aléas de la vie. Aucune mesure coercitive pour les entreprises n’est prise puisque les femmes touchent encore 22 % de moins que les hommes, 78 % des temps partiels sont imposés par les employeurs sous forme de contrats modulables et elles occupent 70 % des emplois en CDD et intérims. Nous en avons assez des bons sentiments.

La réforme des retraites traduit les choix de notre société, particulièrement indignes. Les retraites des femmes sont inférieures de près de 40 %, plus de la moitié des femmes retraitées touchent une pension inférieure à 900 euros. Et le gouvernement leur demande de travailler plus longtemps encore. La triple peine : temps partiel imposé, carrière hachée, pension diminuée ou carrière allongée. La réforme des retraites est la goutte d’eau qui fait déborder le vase des inégalités professionnelles.

L’isolement et pauvreté se conjuguent et sont aggravées par les inégalités territoriales qui prennent des aspects particuliers pour les femmes : désengagement de l’Etat en termes de services publics de la petite-enfance, de l’éducation, de la santé, des transports... Elles se privent de soins pour faire face aux dépenses pour leurs enfants. De plus, l’éloignement des structures médicales, les déserts médicaux impliquent des déplacements hors de la zone de résidence qui engendrent un coût pour leur budget, ce qui dégrade encore leur santé.

En outre, les aides financières trop complexes à obtenir rendent également compliqué l'accès aux soins. Rappelons qu’un tiers des bénéficiaires potentiel.le.s de la CSS (ex-CMU-C) ne la demande pas.
Notre mobilisation nationale contre la féminisation de la pauvreté est un combat social et féministe pour l’égalité et la dignité des femmes.

L’indépendance financière des femmes est l’une des clés de l’émancipation et de la justice sociale.
Selon le FMI lui-même, l’égalité femmes-hommes augmenterait la croissance à moyen et long terme des pays en améliorant les perspectives économiques des femmes.

Femmes solidaires lance une grande campagne pour dénoncer la pauvreté des femmes. Des actions pour rendre visible et donner confiance aux femmes : conquérir une image publique qui rende leur dignité aux femmes et participe à faire progresser leurs droits. Pendant ce printemps de la révolte sociale, nous allons encourager les femmes à s’exprimer sur leur situation par le biais de cartes témoignages. Il est temps de libérer la parole sur une des violences sexistes trop souvent restée sous silence : la pauvreté des femmes.

Paris, le 7 mars 2023 

 

 

POLITIQUE : Bilan et perspectives pour Mâcon Citoyens à l'heure de la nouvelle année

Le groupe d'opposition au conseil municipal a mis en avant son point de vue sur la politique conduite par la majorité municipale : « La politique de prestige de la Ville à l'épreuve du concret, le quotidien des Mâconnais. »

POLITIQUE : Océane Godard lance la reflexion sur la mutualisation du patrimoine des lycées et CFA de la région

Vice-présidente de la Région Bourgogne Franche Comté, en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage, et de l’orientation, Océane Godard était à Mâcon ce mardi 21 novembre dans le cadre de sa mission de suivi de la situation des lycées à l’entrée de l’hiver.

MÂCON - Rassemblement contre l'antisémitisme - Mario Benzazon : « Je n’ai stigmatisé personne »

Le droit de réponse de Mario Benzazon, Président de la Communauté Israélite de Mâcon, à la Ligue des droits de l'Homme, qui réagissait tout récemment à ses propos tenus lors du rassemblement du 12 novembre.

Glyphosate : l’UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire appelle à son interdiction dans toute l’Union européenne

« Emmanuel Macron s’était engagé à sortir du glyphosate en France au plus tard début 2021 » rappelle l'association de défense des consommateurs dans un communiqué... Un vote crucial à Bruxelles aura lieu le 16 novembre sur le sujet.

LOUP : Le Sénateur de Saône-et-Loire Fabien Genet voudrait revoir le statut du prédateur

Le loup est aujourd'hui une espèce protégée. Le sénateur de Saône-et-Loire aimerait que ce statut soit réexaminé.

MÂCON - Conflit Israël/Palestine : Quelque 200 personnes réunies pour la paix à Gaza

Malgré une pluie battante, éclairs et tonnerre, le rassemblement départemental s'est déroulé place Saint-Pierre cette fin d'après-midi. 

MÂCON : La ministre des sports en visite dans la ville Préfecture

Ce vendredi après-midi, après une première visite à Vinzelles où elle a inauguré le terrain multisport/city stade de l’école municipale avec le député Benjamin Dirx, la ministre des sports Amélie Oudéa-Castéra s’est rendue au complexe sportif Fernand-Velon de Mâcon.

POLITIQUE : Michel Neugnot suspendu de ses fonctions de 1er secrétaire du PS 21

Le vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté est accusé d'avoir tenu des propos racistes. Actualisé : il s'en défend.

ÉDITO : Le référendum n'est pas un « cas échéant », c'est une obligation constitutionnelle

Faut-il le rappeler, le référendum est un des modes d'expression de la souveraineté du peuple, gravé dans le marbre constitutionnel en son article 3.