samedi 2 mars 2024

La Région et la Banque des Territoires ont signé une convention de partenariat pour la mise en œuvre du programme « Centralités rurales en Région » porté par le Conseil régional.

Communiqué :

La Banque des Territoires apporte une dotation de 400 000 € à la Région pour cofinancer à part égale, jusqu’à fin 2026, des études d’ingénierie pour les 37 villes de Bourgogne-Franche-Comté qui ne bénéficient pas du programme national Petites villes de demain.

Pour sa part, la Région consacre une enveloppe totale de 60 M€ sur la période 2022-2026 pour la revitalisation de 128 villes centrales, rurales et fragiles du territoire.

Vendredi 10 mars 2023, au Conseil régional à Dijon, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, et Mathieu Aufauvre, directeur régional Bourgogne-Franche-Comté de la Banque des Territoires, ont signé une convention de partenariat pour la mise en œuvre du programme « Centralités rurales en Région » (C2R) porté par le Conseil régional.

Sur les 128 communes couvertes par le dispositif régional « Centralités rurales en Région » (C2R), 89 sont labellisées « Petites villes de demain » (PVD). Constatant que 37 des 128 communes du programme C2R ne sont pas éligibles au dispositif PVD, la Région et la Banque des Territoires ont souhaité coordonner leur action, afin d’appuyer ces collectivités rurales, qui jouent un rôle de centralité sans être positionnées dans des programmes nationaux.

À ce titre, la Banque des Territoires apporte des moyens d’accompagnement et d’ingénierie complémentaires, destinés à renforcer l’appui aux communes du programme C2R non lauréates des programmes nationaux PVD ou Action cœur de ville. Cette opération lui permet d’élargir son accompagnement auprès des communes « non-PVD » et de contribuer ainsi au dispositif régional C2R. L’enjeu pour la Banque des Territoires est de proposer un accompagnement, qui accélère la réalisation de projets favorables à la transformation écologique des territoires et à leur cohésion sociale et territoriale.
La Banque des Territoires versera ainsi à la Région Bourgogne-Franche-Comté une dotation de 400 000 € pour cofinancer à part égale, jusqu’à fin 2026, des études d’ingénierie pour les 37 villes cibles, à hauteur de 80 % maximum du coût réel de l’étude.

La Région complétera son soutien (animation, appui méthodologique, expertise et/ou financement d’études) aux bénéficiaires du programme « Centralités rurales en Région », grâce à la contribution de la Banque des Territoires.

 

Le programme « Centralités rurales en Région »


Les centralités rurales intermédiaires constituent l’un des quatre piliers de la politique de cohésion territoriale (avec les quartiers politiques de la ville, les territoires de projets et les parcs naturels régionaux et les ruralités) portée par la Région.
Ces villes concentrent des commerces, des services et des équipements fréquentés par la population et par les habitants des communes voisines ne possédant pas cette même offre sur place. Ces pôles sont d’autant plus importants qu’ils sont situés hors des zones urbaines et animent le plus souvent de vastes territoires peu denses et éloignés des grandes villes. Ils ont également une fonction identitaire forte et connaissent globalement des variations démographiques et d’emploi défavorables, et un revenu moyen par habitant plus faible que la moyenne régionale.

Conformément à ses engagements de mandat, la Région, cheffe de file de l’aménagement du territoire a donc conçu un outil réactif, dédié aux centralités les plus fragiles, dans une logique de différenciation permettant de donner plus à ceux qui ont moins.
128 communes cumulant des critères de centralités et de fragilités ont été sélectionnées pour être accompagnées dans leurs projets, dans le cadre du nouveau dispositif « Centralités rurales en Région ».

Doté d’une enveloppe totale de 60 millions d’euros sur la période 2022-2026, votée par les élus régionaux, ce dispositif offre un cadre d’intervention ciblé pour ces centralités petites à intermédiaires de moins de 15 000 habitants, hors des grands pôles urbains, et reconnues comme fragiles. 42 conventions ont déjà été délibérées par la Région.

Deux types de conventionnement-cadre et d’accompagnement sont possibles :

  • Les communes disposant déjà d’une stratégie de revitalisation antérieure à cinq ans pourront bénéficier, de la part de la Région, d’une enveloppe maximale de 500 000 € pour un soutien à des actions s’inscrivant dans le cadre de cette stratégie ;
  • Les communes qui ne sont pas dotées de stratégies globales de revitalisation antérieure à cinq ans pourront bénéficier d’une enveloppe maximale de 200 000 €, afin de réaliser d’une part l’étude de revitalisation, et d’autre part un projet en anticipation de cette dernière.

La Région accompagne, ensuite, dans les communes conventionnées, les projets qui :

  • S’inscrivent dans leur stratégie globale de revitalisation ; • Participent à la transition énergétique et environnementale (respect d’éco-conditions renouvelées) ;
  • Associent les usagers et les habitants.

 

Photo 

De gauche à droite :

  • Mathieu Aufauvre, directeur régional Bourgogne-Franche-Comté de la Banque des Territoires,
  • Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté,
  • Éric Houlley, vice-président de la Région en charge de la cohésion territoriale.

 Crédit : Région/E. Baills

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Confédération paysanne appelle à « poursuivre la mobilisation »

« La question fondamentale du revenu n’étant toujours pas prise à bras le corps par le gouvernement, la Confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation » indique le syndicat agricole dans un communiqué

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Le chômage à la hausse au dernier trimestre 2023

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté en Bourgogne, y compris en Saône-et-Loire.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : La présidente de la Région au soutien des agriculteurs

En ce jour de forte mobilisation des agriculteurs, Marie-Guite Dufay dit entendre « le sentiment de totale injustice que ressentent les agriculteurs ».

BOURGOGNE - Education Nationale : Les syndicats appellent à la grève le 1er février

Salaires, postes, conditions de travail, réformes... les syndicats FSU 71, FNEC FP-FO 71, CGT Educ’Action 71 et le SE-UNSA71 estiment l'éducation en danger et appellent à la grève unitaire le jeudi 1er février. 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Le covoiturage quotidien bondit de 92 % en 2023 avec BlaBlaCar daily

Portée par la dynamique impulsée par la Prime Covoiturage et les partenariats établis avec les collectivités locales, l'année 2023 a été favorable aux mobilités durables, entraînant une augmentation notable des trajets domicile-travail covoiturés.

AUTONOMIE : La Bourgogne-Franche-Comté se mobilise contre les chutes des personnes âgées

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) et la Carsat Bourgogne-Franche-Comté sont engagés depuis 2022 dans le plan anti-chute des personnes âgées. Premier bilan ce mardi 16 janvier.

BOURGOGNE - Population : Le recensement démarre aujourd'hui !

Le recensement de la population démarre ce jeudi 18 janvier 2024 en France métropolitaine. Il se déroulera jusqu’au samedi 17 février dans les communes de moins de 10 000 habitants concernées et jusqu’au samedi 24 février dans les communes de 10 000 habitants ou plus (sur un échantillon de logements). 125 communes sont concernées en Saône-et-Loire.

BOURGOGNE - Vins : Laurent Delaunay, nouveau président du BIVB

Lors de l’assemblée générale de l’interprofession des vins de Bourgogne, Laurent Delaunay (Maison Edouard Delaunay) a succédé à François Labet en devenant président du BIVB.

ACADÉMIE DE DIJON : Les chefs et cheffes d'établissements scolaires du SNPDEN outrés par les propos de leur toute nouvelle ministre

Qu'un ou une ministre de l'Éducation nationale choque les personnels de direction est plutôt rare... Ils demandent, en urgence, une audience au recteur. La lettre du SNPEDN-UNSA (Syndicat National des Personnels de Direction de l'Éducation Nationale) envoyée à la ministre. 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE - Démographie : La population régionale est en légère baisse

2 800 194 c'est le nombre exact d'habitants au 1er janvier 2021 (-0,1 % par rapport à 2015) selon l'Insee. Si Mâcon a vu sa population progresser (+ 1200 habitants), la Saône-et-Loire a perdu plus de 6 000 habitants. Retrouvez tous les chiffres de la grande étude de l'Insee.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : L’emploi salarié toujours en baisse dans la filière automobile au premier semestre 2023

Fin juin 2023, les 363 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté emploient près de 38 000 salariés. Cet effectif baisse de 3,2 % en un an, après -5,3 % l'année précédente. Les détails avec l'INSEE BFC.

Mobilité Internationale : la Région vous fait passer les frontières !

Consciente de l’importance d’une expérience à l’étranger pour l’enrichissement personnel et professionnel, la Région encourage les jeunes bourguignons et francs-comtois à effectuer un stage ou une période d’études dans le monde entier grâce aux « bourses individuelles de mobilité ». Le moyen idéal pour acquérir aussi des compétences linguistiques et… créer du lien social.

REGION BFC : Plus de 56 millions d'euros engagés

Réunis en commission permanente vendredi 24 novembre 2023 à Besançon, les élus ont voté 56,32 millions d’euros de crédits d’intervention. Economie, développement durable, agriculture et forêt, transports, logement, éducation, aménagement du territoire, patrimoine, sports... les domaines d'intervention sont nombreux ! 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ - Comité FEADER : La profession agricole suspend le dialogue avec la Région

« Quand les premiers dépôts de demande ont été faits en avril et qu’en octobre aucune réponse n’est apportée aux porteurs de projet pour démarrer les travaux, les projets sont mis à mal », pointe la FRSEA

BOURGOGNE - Livre : La Bourgogne d'Antan réédité

Regroupant plus de 400 cartes postales anciennes, La Bourgogne d'antan propose un itinéraire dans la Bourgogne de la Belle Époque.