jeudi 13 juin 2024

Où en sont les entreprises dans leur processus de transition énergétique ? Pour la savoir, le Crédit Agricole a lancé en partenariat avec l’institut de sondage CSA, un baromètre dédié. Il était présenté aux entrepreneurs jeudi matin à la cité des climats et des vins à Mâcon.

Convaincues que la lutte pour contenir le dérèglement climatique est une priorité et que la transition vers une économie bas carbone doit plus que jamais être engagée, les 4 caisses régionales du Crédit Agricole en Bourgogne Franche-Comté se sont dotées de pôles de transition énergétique (23 experts et ingénieurs) pour accompagner la réalisation des projets des entreprises, collectivités et agriculteurs.

Pour compléter et affiner le diagnostic , les Caisses régionales ont souhaité créer un baromètre de la transition énergétique des entreprises. Réalisé par le CSA, cet index de maturité vise à permettre aux acteurs économiques de pouvoir objectivement se situer sur leur propre transition dans un contexte où, au-delà du volontarisme de leurs dirigeants, les entreprises font face à des attentes de plus en plus fortes et définies, émanant des filières, des donneurs d'ordres, des financeurs, des collaborateurs, de l'opinion publique mais aussi de la réglementation.

Conclusion ? Tout juste la moyenne !

L’indice de maturité globale, qui atteint tout juste à la moyenne (50/100), acte de la prise en compte du sujet par les entreprises mais aussi du chemin qu’il reste encore à parcourir. Les entreprises bourguignonnes cherchent des solutions dans une optique de réduction des coûts, sans toutefois dimensionner leurs actions à la hauteur des attentes. Ce score laisse une marge de progression importante, notamment pour élaborer des stratégies et des pratiques précises, plus impliquantes et souvent plus coûteuses, parfois sous la contrainte réglementaire.

Autre constat majeur, les entreprises sont inégalement engagées selon leur taille et leur secteur d’activité. Les entreprises de plus de 50 salariés mettent en place davantage d’actions car elles disposent de plus de moyens financiers et humains. Les raisons d’agir sont multiples même si la recherche de gain sur la consommation d’énergie et la contrainte réglementaire restent prépondérantes. Le besoin en communication externe vis-à-vis de leurs clients, et fournisseurs est aussi l’une des motivations importantes pour eux.

Les entreprises de l’industrie, directement concernées par les coûts de l’énergie dans leur mode de production, sont également davantage impliquées, à l’inverse du tertiaire.

Encore du boulot…

Concrètement, près des deux tiers des entreprises n’ont réalisé ni audit énergétique, ni bilan carbone au cours des 24 derniers mois. Seulement 31 % des entreprises déclarent avoir un plan d’action énergétique pour l’avenir dont seulement 15 % incluant une certification/labellisation. 28 % des entreprises n’ont d’ailleurs pas l’intention de mettre en place de plan d’action énergétique car elles jugent leurs efforts suffisants ou estiment que l’investissement humain et financier est trop important.

Les actions engagées par les entreprises se révèlent être les plus simples et les moins coûteuses comme le remplacement des lampes par des LED ou l’optimisation du contrat d’énergie.

Les entreprises suivent rigoureusement leur consommation énergétique mais avec peu de moyens dédiés. Moins d’un tiers des entreprises ont nommé une personne à la gestion et l’optimisation de l’énergie.

Une entreprise sur deux utilise du gaz ou du fioul actuellement mais une majorité d’entre elles ne sont pas prêtes à changer pour une énergie plus durable !

La régulation des équipements énergétiques se cantonne souvent aux actions les plus accessibles : la programmation des horaires de chauffage/ventilation/climatisation, le bridage des températures et la mise en place de détecteurs de présence.

Autre point à améliorer : les salariés sont insuffisamment sensibilisés aux enjeux énergétiques et environnementaux. Les actions se limitent avant tout à de l’affichage pour sur le tri des déchets, l’extinction des lumières ou la baisse du chauffage.

Seulement un tiers des entreprises déclarent avoir pris des mesures s’agissant des déplacements de ses salariés.

Des actions qui s’imposent sous la contrainte budgétaire ou réglementaire

Seul un tiers des entreprises communiquent sur leurs engagements en matière d’environnement au-delà des obligations réglementaires. En effet, la principale motivation à engager des actions sur le plan énergétique est la réduction des dépenses d’énergie, puis la réduction des émissions à effet de serre, et en troisième place la mise en conformité.

Les conclusions de ce baromètre seront partagées, tout au long de ce mois de juin, aux entreprises de la région, au travers de réunions de proximité. Durant ces événements, pour engager ou poursuivre les actions de transition environnementale des entreprises, le Crédit Agricole leur offre l’opportunité de rencontrer, en speed-meeting, un panel d’apporteurs de solutions qualifiés et adaptés à leurs problématiques.

 

 

 

Le directeur général adjoint du Crédit Agricole Centre Est : Marc Do Van Tuan

Après la présentation du baromètre, les entreprises pouvaient rencontrer des apporteurs de solutions lors d'un speed-meeting

SAINTE-CÉCILE : La lutte a déjà repris contre l'exploitation de la carrière

Comme sentant le mauvais vent arriver, Les Amis de Sainte-Cécile n'ont pas attendu l'arrêté préfectoral pour se (re)mobiliser

ÉLECTIONS EUROPÉENNES : Jordan Bardella très largement en tête à Mâcon

Raphaël Glucksmann (PS) et Valérie Hayer (Renaissance) sont dans un mouchoir de poche. Tous les chiffres, bureau de vote par bureau de vote.

SPA MÂCON : Les abandons d’animaux en augmentation

Une vingtaine de personnes étaient réunies ce samedi 8 juin à 14h30 à la Grisière pour assister à l’assemblée générale de la SPA de Mâcon. Les abandons sont en hausse, les frais de l’association aussi. La Société protectrice des animaux a plus que jamais besoin de vos dons.

MÂCON : La grande famille du lycée Cassin fête l’excellence

Un souffle de réussite, d’espérance, qui valorise l’immense travail accompli au sein du lycée.

MÂCON : Vibrante cérémonie d'hommage aux morts en Indochine

La journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine est célébrée le 8 juin, jour du transfert de la dépouille du soldat inconnu d’Indochine à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette.

MÂCON – Lycée : Dumaine s’envole à Malte avec Erasmus

En mars et avril, quatre élèves de terminales baccalauréat professionnel « métiers du commerce » ont pu effectuer un stage de quatre semaines sur l’île de Malte.

MÂCON – Transition énergétique : Les entreprises régionales passées au crible

Où en sont les entreprises dans leur processus de transition énergétique ? Pour la savoir, le Crédit Agricole a lancé en partenariat avec l’institut de sondage CSA, un baromètre dédié. Il était présenté aux entrepreneurs jeudi matin à la cité des climats et des vins à Mâcon.

MÂCON : Quelques découvertes sur le chantier de fouille des Épinoches

À quelques jours de l’ouverture du chantier des fouilles au public à l’occasion des journées européennes de l’archéologie, le responsable scientifique de la fouille Daniel Barthèlemy, accompagné de Hervé Reynaud, vice-président du Conseil départemental chargé de la Culture et du Patrimoine), a proposé un point d’étape de la fouille. 

CHARNAY : La nutrition au menu du café-rencontre du CCAS

Chaque trimestre, un café-rencontre du CCAS est proposé aux personnes âgées et isolées. Cette rencontre permet de créer du lien et de la convivialité autour d’une thématique proposée. Le 5 juin à 14h30 au Foyer de l’amitié, il avait pour thème la nutrition !

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Grande collecte solidaire des téléphones portables usagers

100 portables seront offert à des personnes défavorisées le 4 juillet. Les détails de cette opération

MACON – Lycée Dumaine : Les Terminales AGORA confient leur collecte aux Blouses Roses

Les élèves de terminale AGORA (Assistance à la gestion des organisations et de leurs activités) du lycée Dumaine ont organisé une collecte, principalement de jouets et jeux, au profit de l'association « Les blouses roses ».

MÂCON : Quand les enfants deviennent danseurs et chorégraphes

La DSDEN a restitué lundi et mardi le projet « Écoles Qui Dansent », un projet sportif et artistique réunissant des élèves de différentes écoles et de différents niveaux autour d'un objectif commun : travailler en tant que danseurs et chorégraphes à la réalisation d'un spectacle original.