samedi 13 août 2022

Assemblée plénière du 24 juin 2022

Vœu porté par la Majorité,

présenté par le groupe Notre Région Par Cœur

et adopté à l’unanimité

 

Présenté par Françoise TENENBAUM

 

Urgence pour l’hôpital public !

 

Fermeture de lits, restrictions de services, réduction de l’accès aux urgences, manque de médecins, d’infirmier(e)s, d’aide-soignant(e)s et de personnels techniques et administratifs : après les épisodes successifs de crise sanitaire qui ont accéléré les tensions sur les effectifs du système de santé public, mais qui ont également mis en lumière l’indispensable fonction des soignants ; l’hôpital public est dans une situation de grande souffrance et ses personnels au bord de l’épuisement. La crise COVID aurait dû nous apprendre à anticiper pour concerter et prévenir, une démarche moins coûteuse en vies humaines et en dépenses de santé.

Selon les données de la DREES, on dénombre au niveau national 17 900 lits d’hospitalisation complète de moins en 2020 par rapport à 2016.  La situation inédite que nous vivons est la conséquence d’une politique comptable et de gestion « à flux tendu » dénoncée depuis des années par les soignants.

Dans le secteur médico-social, malgré l’effort de revalorisation des salaires des professionnels du soin et des fonctions socio-éducatives engagé dans le cadre du Ségur de la santé, il demeure à ce jour qu’un quart des salarié-e-s de cette filière, dévolus aux fonctions techniques et administratives, sont toujours exclus de cette revalorisation. Or, ces fonctions essentielles au service de santé ont contribué de la même manière à la prise en charge des usagers dans la période COVID.   

En Bourgogne-Franche-Comté, la dégradation des conditions d’accueil consécutives des fermetures de lits et de services engendre des situations de tensions dans la quasi-totalité des établissements, notamment au CHU de Besançon, au Centre hospitalier de Nevers, Vesoul, Auxerre, du Nord-Franche-Comté et dans les hôpitaux locaux comme ceux de Mouthe, Larmont, Pontarlier, ou encore Chatillon, Montbard et Autun…

Ces dégradations des services menacent l’égal accès des habitants aux hôpitaux et portent atteinte à la prise en charge de tous les patients, notamment dans les services d’urgence. 

Les élu-e-s du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, réunis en Assemblée plénière le 24 juin 2022, sollicitent des pouvoirs publics nationaux une prise en compte réelle de la situation dramatique de nos hôpitaux et attendent une réforme complète de l’organisation et du financement de notre système de santé, mettant fin à une approche purement comptable de la prise en charge des patients et à la tarification à l’activité (T2A), anticipant immédiatement les besoins de formation, de rémunération et d’améliorations des conditions de travail des soignants et des équipes associées et enfin, en valorisant l’image de ces métiers essentiels.      

Au-delà de la mission flash sur les services d’urgence lancée le 31 mai dernier et des premières mesures annoncées par la ministre de la Santé, il demeure indispensable, outre l’arrêt des fermetures de lits et la réouverture des 4 000 lits qui avaient été annoncée au Ségur de la Santé, que des moyens conséquents soient dégagés pour réformer notre système de santé en réorganisant l’entrée dans le parcours patient.

Pour enrichir les compétences de certains professionnels de santé, tels les infirmiers, les infirmiers en pratique avancée, les sage-femmes, les kinésithérapeutes, les pharmaciens et afin qu’ils puissent pleinement jouer leur rôle, il faut revaloriser les fonctions des soignants et recentrer leurs missions sur les soins, en les déchargeant des tâches administratives telles que la saisie des données informatiques.

L’Etat doit se saisir de cette question et en faire une priorité, imposer à tous les professionnels de santé la participation à la permanence des soins, assurer l’égalité de l’accès aux soins sur tous les territoires, former plus de professionnels de santé, et renforcer au plus vite les urgences afin de garantir à toutes et tous des soins de qualité.

Dans l’attente, nous, élu-es socialistes, radicaux, écologistes, communistes et républicains demanderons des moratoires sur tout projet de fermeture de services ou d’hôpitaux.

 

Claire MALLARD,                             Jérôme DURAIN,                         Muriel TERNANT,

Présidente de groupe                       Président de groupe                   Présidente de groupe

Écologistes & Solidaires                 Notre Région par Cœur                 Communistes et Républicains

 

 

EXPRESSION CITOYENNE : « L’avortement est un droit constitutionnel » rappelle Femmes solidaires

« Les femmes du monde entier ne le savent que trop bien : un droit n’est jamais acquis en patriarcat, il n’est jamais que le fruit d’un rapport de force. Les Américaines en font actuellement la brutale expérience :

LEGISLATIVES EN SAÔNE-ET-LOIRE : Les résultats circonscription par circonscription

Jusqu'à 56,47 % d'abstention, sur la circonscription de Chalon-sur-Saône ! Le département compte 5 circonscriptions. 4 sortants ont été réélus.es hier.

LÉGISLATIVES - Benjamin Dirx : « Je serai le député de l'ensemble des citoyens de la circonscription »

Il a annoncé un premier projet de loi sur lequel les députés vont se prononcer très rapidement : le projet de loi anti-inflation

LÉGISLATIVES : 15 mesures incontournables de Femmes solidaires 71 pour l’égalité femme-homme

« Nous, Femmes Solidaires de Saône et Loire, association féministe, laïque, universaliste et abolitionniste de la prostitution, demandons aux candidat-e-s aux élections législatives des 12 et 19 juin de s’engager dans le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. »

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : L'association P.R.E.S.E.N.C.E. de Loché interpelle les candidats sur la révision du PLU

Actualisé - L'association est vent debout contre le projet de révision du PLU de Mâcon, dont Loché est une commune associée et donc directement concernée. Philippe Radal, son président, et Jean-Paul Marchal, membre du Bureau, ont interpellé les candidats aux législatives par une lettre qui leur a été adressée et dont voici le contenu :

POLITIQUE : Jean-Philippe Belville (LR) passe dans l'opposition au conseil municipal de Mâcon

Conseiller municipal de la Majorité depuis 2020, il explique sa décision dans un communiqué.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : « Le Rubicon a été traversé » estime J.-P. Belville (LR)

Le délégué de circonscription Les Républicains réagit au soutien annoncé de Jean-Patrick Courtois à Benjamin Dirx aux prochaines législatives

LÉGISLATIVES : 6 propositions, 2 questions de la part de l'association Agir pour la laïcité

L'association adresse une lettre ouverte à tous les candidats.es de Saône-et-Loire

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : Vous reprendrez bien un peu de campagne

A trois semaines du premier tour des législatives, macon-infos a suivi les candidats en campagne à Mâcon ce samedi. A voir également, la liste provisoire de l'ensemble des candidats pour la 1ère circonscription.

Législatives en Mâconnais-Clunisois : Aurélien Dutremble (RN) lance officiellement sa campagne

C'est aux côtés de Rachel Drevet, sa suppléante, qu'il va conduire sa première campagne législatives. « Nous sommes les candidats de la vérité » a-t'il affirmé au cours d'une rencontre ce jeudi après-midi, assumant le « seul contre tous ».